De la lettre aux mots et des mots aux phrases

Je me suis beaucoup amusée avec mes élèves de GS concernant les débuts de la lecture et l’écriture. Amusée car j’ai eu la chance d’utiliser la méthode des alphas, méthode où j’ai retrouvé certaines des valeurs pédagogiques que je souhaite suivre puis tout simplement parce qu’elle est ludique. J’entends souvent les reproches de cette méthode, le champ d’action auquel elle appartient à la base. Mais je crois qu’il appartient à chacun d’entre nous de faire ses choix et de les assumer. Amusée d’autre part car je me suis laissée la possibilité d’introduire de l’imprévu, du jeu improvisé, des « délires personnels » proches de ma personnalité.

Ainsi, j’ai joué avec mes élèves. Je leur proposai tous les jours une lettre du jour puis c’est devenu un mot du jour et enfin une phrase du jour. Ces derniers étaient inscrits sur un tableau qu’ils pouvaient observer toute la journée. Ils devaient tenter de déchiffrer cet écrit avec leurs connaissances. Les mots inscrits étaient simples au départ, monosyllabiques puis au fur et à mesure, ils se sont complexifiés. Je leur proposai des mots rencontrés et des mots inconnus. Il n’y avait aucune obligation pour les élèves quand à la lecture de ces mots. Je leur demandai d’essayer, sans leur mettre la pression. Du coup, ils voyaient ça comme un défi et s’amusaient à décrypter ces mots mystères. En parallèle, ils devaient écrire ces mots sur un cahier d’essai, pour s’entraîner. Au départ en majuscule, nous sommes ensuite passés aux cursives. Au départ des lettres puis des mots et des phrases. Toujours pour s’amuser, ils écrivaient parfois les mots dans leurs 3 écritures sur leurs ardoises personnelles (majuscule, script puis cursive à partir d’un seul type d’écriture).

Grâce à ces mots mystères, les élèves ont réussi à s’approprier de nouveaux éléments concernant la langue française. Ils ont pu constater qu’un mot pouvait s’écrire et se lire. Que ce mot possédait une seule écriture mais plusieurs typographies. Qu’il prenait sa place dans une phrase qui avait un sens. Qu’un mot représentait quelque chose, quelqu’un. Par la copie, ils ont affiné leur maîtrise du geste graphique. Ces mots mystères m’ont permis de faire le lien entre plusieurs séquences travaillées séparément et de créer un réseau interdisciplinaire et transversal efficace.

Parfois, en écoutant un peu sa personnalité, en laissant une place à l’imprévu, on peut créer de véritables pépites pédagogiques. Bien sur, il est primordial de préparer sa classe, de savoir où l’on souhaite arriver en mettant telle ou telle séquence en place. Mais parfois, une idée lumineuse peut poindre et changer le plan de base que l’on s’était fixé pour le rendre encore plus intéressant! Allez, en avant les idées folles 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s