Le calendrier de l’avent

img_1773

Le calendrier de l’avent de Zü

Cette année, pour attendre Noël, j’ai choisi de faire une surprise à mes élèves en leur construisant, avec la complicité de mon atsem, un village de Noël. Pour cela, j’ai attendu avec énormément d’impatience le calendrier de l’avent de la blogueuse Zü dont le talent est gigantesque! Voici le calendrier en question: zugalerie.blogspot.fr/…/calendrier-de-lavent-diy-2015

A l’intérieur de chaque petite maison ou toit, j’ai inséré une image dont le verso contient une partie d’une histoire de Noël: Le Père Noël et Tom Chiffon. Ainsi, chaque jour 2 à 3 élèves découvriront une jolie petite image, un petit chocolat chacun et, détiendront une petite partie d’une histoire de Noël dont je leur dévoilerai le dénouement au fur et à mesure…

A la fin de la période, je glisserai l’histoire en intégralité dans leurs cahiers de vie afin qu’ils puissent partager avec leurs parents cette histoire qu’ils auront eu plaisir à découvrir au fil des jours, en attendant Noël… 🙂

Le père Noël et Tom Chiffon (à imprimer en recto-verso).

Le père Noël et Tom Chiffon histoire

 

 

 

Publicités

André Derain 

    
Notre première escale du projet sur la mer est au port de Collioure peint par André Derain. 

Dans un premier temps, j’ai présenté l’œuvre aux élèves, leur demandant ce qu’ils voyaient (œuvre en format A3 plastifiée). Chacun a pu prendre l’œuvre dans ses mains et la scruter de près.

Ils ont tout de suite repéré les bateaux mais aussi le phare (vieux phare). Nous avons discuté des ports, leur intérêt, des phares, leur utilité. 

Nous avons ensuite abordé très brièvement la question des couleurs qu’ils pouvaient apercevoir. 

Je leur ai alors montré une version lacunaire de l’œuvre avec un ciel effacé et une partie du phare aussi. Leur demandant par quel moyen nous pourrions combler les blancs de la même manière qu’André Derain. C’est à ce moment là que certains ont remarqué que le peintre avait fait des points. Ainsi, pour reproduire l’œuvre ils devront aussi faire des points.

Nous avons mis à leur disposition des pots de peinture bleu foncé, bleu clair (pour le ciel), orangé (pour le phare) et des cotons tiges.

  
Ils ont tapoté de bon cœur sur les espaces laissés blancs, se trompant parfois de couleurs, débordant de temps à autre mais, globalement le résultat était super! 

Prendre conscience des différents temps d’une chanson

Séances 1 à 5 : Écouter une chanson et verbaliser sur les différents temps : couplet et refrain

Mise en état d’écoute (comme lors des séquences précédentes).

Écoute d’une chanson contemporaine. Après plusieurs écoutes, je demande à mes élèves : qu’en pensez-vous ? Avez-vous entendu que parfois la mélodie change, que le chanteur ne chante pas de la même manière ? Réécoute pour affirmer ou infirmer…

Connaissez-vous le nom de ce passage ? (le refrain, ….).

Les chansons choisies doivent avoir des segmentations mélodiques bien claires.

L’année dernière, mes élèves n’ont pas du tout été réceptifs à cet exercice. Si au bout de plusieurs séances le reprenant vous ne remarquez pas d’amélioration, il n’y a pas d’urgence à traiter cette séquence. Parlez-en à votre collègue de GS pour qu’elle la reprogramme.

Séance 6 : Donner les différents temps de la chanson

L’exercice est reproduit mais les élèves doivent en un clin d’œil donner le nom de la partie de la chanson : « ici c’est le couplet, ici c’est le refrain ».

Utiliser sa voix pour transmettre des sentiments

Séance 1 : Trouver des moyens pour exprimer un sentiment avec sa voix

Les élèves sont mis en état de recherche : comment avec votre voix, pourriez-vous montrer que vous êtes en colère : tentatives et verbalisation. Si les élèves ne comprennent pas la consigne ou ne réussissent pas à la mettre en œuvre, ne pas hésiter à demander aux élèves d’imiter la maîtresse ou l’ASEM qui s’énervent.

Une fois ce sentiment représenté, demander aux élèves de tenter de montrer la joie, la tristesse, la vieillesse,…. Au départ de la séance, ils peuvent utiliser leur voix et leur corps mais progressivement, ils ne doivent utiliser que leur voix.

En fin de séance, les élèves devront réaliser leur prestation dos à leur camarade, en essayant de ne réaliser aucun mouvement corporel. Avec sa voix, l’élève exprime le sentiment choisi que les autres élèves doivent reconnaitre. Chaque élève réalise une performance de ce genre.

Séance 2 : Trouver des moyens pour exprimer un sentiment avec sa voix dans le cadre d’un jeu de rôle

A partir d’un ouvrage de Littérature de Jeunesse étudié au moment, Les élèves rejouent des scènes de l’histoire. Tous les ans, je prends plaisir à rejouer Les 3 petits cochons avec mes élèves. Pour cela, nous nous rendons dans la salle de motricité, je coupe le groupe en 2 : les acteurs et les spectateurs. Ensuite, plusieurs élèves jouent le loup, les cochons. Je lis les phrases de l’histoire que les élèves répètent en y mettant le ton selon le sentiment dont il est question (faites attention de ne pas mettre le ton lors de votre lecture, laissez vos élèves interpréter). Ils rejouent aussi l’histoire en utilisant l’espace de la salle.

Séance 3 : Évaluation sommative

Les élèves en groupe classe tentent de répondre à la sollicitation d’exprimer un sentiment par la voix demandée par l’enseignante. Grille d’évaluation à l’appui : réussite ou non….

Dessiner un bonhomme bâton

Tout au long de l’année, je sollicite mes élèves afin qu’ils prennent de plus en plus leurs aises dans la représentation de personnages, d’objets, de situations… Lors des ateliers, il n’est pas rare que je demande aux élèves de dessiner et de colorier des éléments en lien avec les projets de la classe. Mes exigences évoluent avec le temps: du bonhomme bâton aux représentations les plus fidèles en fin d’année. Je joue aussi avec les médiums: dessiner sur différents papiers, avec différents outils scripteurs (crayons à papiers, toutes sortes de craies (grasses, de trottoir, à la cire…), stylo bille, fusain, crayons de couleurs, feutres, …) Voici le point de départ de ces représentations.

Séance 1 : Dessiner la maitresse (atelier) ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

1-    Mettre vos élèves en projet : « j’ai visité une galerie d’art (en expliquer le fonctionnement) et j’ai vu de magnifiques tableaux d’artistes. Ils avaient dessiné des maîtresses ! Vous aimeriez me dessiner ?

2-    Seule contrainte : faire un bonhomme bâton représentant la maîtresse.

Les productions sont ensuite affichées au tableau et commentées: on reconnait bien la maitresse car… ou non ce n’est pas la maîtresse car…

Séance 2 : Réaliser son autoportrait (atelier)

Mettre les élèves en projet : beaucoup d’artistes se dessinent eux-mêmes, ils font leur autoportrait (présentation de quelques autoportraits).

Les élèves vont alors réaliser un autoportrait pour décorer la porte de leur casier et aider à sa reconnaissance par la même occasion. Au centre de la table, je laisse un miroir que les élèves peuvent utiliser pour se regarder et mieux se représenter. Dans la classe, ils peuvent aussi se mirer de plein pied, je leur donne l’autorisation de se lever chacun leur tour pour regarder leur corps et le représenter.

A la fin de l’année, les élèves réaliseront à nouveau leur autoportrait et comparerons avec leur production de départ.

Séance 3 : Dessiner en lien avec le projet de la classe (atelier) ÉVALUATION SOMMATIVELes élèves réalisent une production représentant un personnage étudié dans le cadre du projet de la classe ou d’un évènement particulier. Vous pouvez par exemple demander à vos élèves de dessiner une sorcière. L’important ici est qu’ils réalisent un bonhomme bâton et les accessoires liés ce personnage: chapeau, balai… Si il s’agit d’une femme, il faut aussi que les cheveux soient représentés de manière à identifier le sexe.

 

Je joins quelques auto portrait d’artistes que j’utilise avec mes élèves de GS si vous souhaitez illustrer votre propos lors de la séance 2. Je vous laisse aussi les cadres à l’intérieur desquels les élèves réalisent leurs auto portrait.

cadre portrait MS

Utiliser des techniques artistiques pour créer un dictionnaire des traces

Séance 1 : expérimenter des traces ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

1-    Au tableau sont affichées des œuvres de Pollock, de Sam Francis. Les élèves verbalisent sur le « comment ont-ils fait ».

2-    Plusieurs propositions sont formulées mais non prouvées. Sont alors mis à la disposition des élèves des médiums, instruments différents pour essayer de retrouver les mêmes traces.

3- Présentation et mise en correspondance des différentes formes trouvées.

Séance 2 à 5 : Créer un dictionnaire des traces laissées par les différents outils

1-    Reprise des productions précédentes et verbalisation

2-    Mise en projet : nous allons créer un dictionnaire des traces laissées par les différents outils. Pour cela, nous allons reprendre chaque instrument et faire une seule trace de celui-ci. Il faudra attendre et bien écouter avant de faire une trace.3-    Les traces sont réalisées les unes après les autres. J’ai utilisé les outils suivants: brosse à dent, rouleau, pinceau fin, pinceau épais, spatule, doigt, feuille d’arbre, … Avec de l’encre noire et rouge.

4-    A la fin des séances, les élèves présentent leur dictionnaire à l’ASEM et à l’enseignante.

Séance 6 : Réutiliser les techniques répertoriées pour créer un tableau ÉVALUATION SOMMATIVE.1-    En amont, création des cadres patchwork.

2-    Les élèves choisissent une méthode préférée dans leur dictionnaire des traces. (Les différentes feuilles des traces sont reliées et les élèves les utilisent à volonté hors de cet atelier). Ils reprennent le médium associé. Sur canson A4, ils réalisent un tableau de traces.

3-    Une fois sec, les élèves sélectionnent une partie de la production qu’ils préfèrent pour le faire apparaitre dans le tableau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.