Faire un élevage de papillons en classe

Lorsque je me suis lancée, il y a trois ans, j’étais à la fois inquiète et excitée de réaliser ce projet avec les élèves.

J’ai commencé à me renseigner sur les délais de livraison, la croissance des papillons, les étapes de développement,…

Je souhaitai que le projet arrive à son terme à la toute fin de l’année, que l’éclosion des cocons soit notre manière de nous souhaiter de bonnes vacances…

Malheureusement, tout le monde était déjà en vacances lorsque les cocons ont éclos.C’est en ce sens que j’avais mis à la disposition des parents le lien suivant https://elfydia.wordpress.com/category/elevage-papillon/

Vous trouverez sur ce lien le site web où j’ai commandé les chenilles, les étapes de croissance des chenilles, de nombreuses photos de l’élevage…

Puis, je ne m’attendais pas à ce qui allait suivre… J’ai laissé les papillons dans un champ mais ils ne savaient pas voler… Je n’ai pas osé leur rendre visite plus tard…

Le vivarium a été péniblement difficile à nettoyer. Il m’a fallu de l’huile de coude et j’ai du lutter contre des nausées entre l’odeur et les déchets.

Ça reste une super expérience mais il vaut mieux savoir à quoi s’attendre.

Réaliser des classements d’animaux

 

Séance 1 : Observer le mode de déplacements des animaux (ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE)

Pour commencer la séance, les élèves sont interrogés: « Pouvez vous me dire comment se déplacent les animaux? » Ils font part de leurs expériences personnelles en prenant soin d’évoquer précisément le contexte dans lequel ils ont observé ce comportement. A la suite de cette mise en projet et du relevé des premières représentations des élèves, une vidéo est visionnée en classe.

A la suite de cela, un tri est effectué au tableau afin de réaliser 4 grandes affiches à la manière de Fofy à l’école http://www.fofyalecole.fr/modes-de-deplacement-des-animaux-a108837918. Ils devront bien expliquer leurs critères de choix.

A la fin de cette séance collective, les élèves ont classé les animaux et réalisé 4 grandes affiches. http://ekladata.com/LPDyyq5t5Xnsrt50FL11ZwC9ves/tri-mode-de-deplacement-des-animaux.pdf

 

Séance 2 : Observer les bébés animaux

En atelier, les élèves observent des photos d’animaux à leur naissance où l’on peut bien discerner les œufs ou autre. Les élèves font part de leurs observations. Toutes leurs observations sont collectées en dictée à l’adulte. Un nouveau classement est réalisé en séparant les vivipares des ovipares et des ovovivipares.

Il est important de mettre en place cet atelier à l’endroit où se trouvent les affiches réalisées lors de la première séance car, d’eux mêmes, les élèves vont vouloir comparer les résultats de ce classement avec ceux la séance précédente. Il est donc primordiale de réutiliser la même liste d’animaux entre les 2 séances.

 

Séance 3 : Observer l’alimentation des animaux

En atelier, plusieurs assiettes sont disposées sur la table contenant des photographies de divers aliments pouvant être mangés par les animaux: graines, insectes, légumes, fruits, herbe, foin, croquettes,… Les élèves disposent de photographies des animaux déjà rencontrés lors des 2 séances précédentes. Les photos sont en double (voit triple) car certains animaux ont des régimes variés et les élèves le savent.

Les élèves réalisent cet atelier en semi autonomie avec l’ATSEM qui ne guide pas du tout l’activité. Les élèves disposent dans les assiettes les images d’animaux correspondant au régime illustré. A la fin de la séance, l’ATSEM demande aux élèves si ils ont terminé leur tri puis, elle note sur un papier les propositions des élèves. Une fois que tous les groupes ont réalisé cette activité, une remontée collective est effectuée au coin regroupement et les réussites et erreurs des élèves sont signalées et synthétisées sur une affiche et une dictée à l’adulte pour le cahier de vie.

A la fin de cette remontée collective, les différents travaux des élèves sont croisés afin de montrer que certains animaux naissent de la même manière mais ne se nourrissent pas ou ne se déplacent pas de la même façon. Ils réalisent alors une première approche de la multiplicité des modes de déplacement, d’alimentation et de « reproduction » de notre monde.

 

Séance 4 : Classer les animaux en choisissant un critère (ÉVALUATION SOMMATIVE)

Il est question ici de réaliser un bilan individuel de toutes les informations mises en relief lors de la séquence. Pour cela, sur une feuille, les élèves relient les animaux qui rampent entre eux, ceux qui naissent dans des œufs entre eux et ceux qui mangent des légumes entre eux.

 

 

L’automne et ses fruits 2

automne-en-provence-1.jpg-2

Pour les GS, je travaille aussi sur l’automne et ses fruits, de la même manière qu’avec les MS:

https://elfydia.wordpress.com/2011/12/03/lautomne-et-ses-fruits/

La seule différence est que je ne propose pas la même évaluation et que je rajoute un travail de vocabulaire et de graphisme. Pour les évaluer, je leur demande de me nommer les fruits d’automne et de me les décrire en dictée à l’adulte. Ensuite, je leur propose de visualiser l’écriture des mots référents.

Comprendre le fonctionnement de notre respiration

Séance 1 : Entendre et sentir sa respiration EVALUATION DIAGNOSTIQUE

  • En silence complet, les élèves écoutent l’enseignante respirer fort et l’imitent par la suite. Puis ils répondent aux questions suivantes : « qu’est-on en train de faire ? qu’est-ce qui sort de notre bouche ? » (se souffler sur la main) « comment est cet air ? Pourquoi ? ».
  • Les élèves réalisent ensuite des manipulations : souffler et respirer au travers d’un rouleau d’essuie tout, souffler sur un mouchoir pour le faire bouger avec la bouche puis le nez, tenter de schématiser le trajet de l’air dans le corps (entre par la bouche ou le nez et après ?).

Séance 2 : Expérimenter l’apnée pour découvrir le mouvement des poumons

  • Les élèves observent l’enseignante se mettre en apnée pendant qq secondes. Le nez et la bouche sont fermés (nez pincé). Les élèves se mettent aussi en apnée. Que réalise-t-on ? Que se passe-t-il au bout de quelques secondes (on ne peut plus respirer), de quoi a-t-on besoin ? (air).
  • Prendre une grande inspiration : observation du mouvement d’inspiration : relever le torse, on sent quelque chose qui se gonfle, qu’est-ce ? Observer l’expiration : mouvement contraire, on redescend le tronc et ça se dégonfle jusqu’à qu’il n’y ait plus d’air : POUMONS (introduction du vocabulaire : inspirer, expirer, poumons).

Séance 3 : Comprendre le fonctionnement des poumons EVALUATION FORMATIVE

L’air entre dans le corps pour aller dans les poumons mais où se trouvent-ils ? Relevé des hypothèses. A quoi servent-ils ? comment l’air s’y rend ? Les élèves réalisent un schéma du fonctionnement de la respiration selon leurs représentations. Cette étape est primordiale car les élèves ont des représentations très personnelles et il est important de leur apporter des connaissances réalistes. Ainsi, plusieurs photographies documentaires (adaptées à des élèves en âge pré-scolaire) sur le sujet leur seront présentées et analysées.

Séance 4 : Réaliser un schéma de la respiration EVALUATION SOMMATIVE

Les élèves sur fiche individuelle réalisent un schéma de la respiration.

Permettre aux élèves de comparer leur schéma d’évaluation avec leur schéma de la séance 3.

Cultiver des bulbes d’automne pour en apprécier la croissance

Des bulbes sont plantés dans différentes matières : terre, sable, eau. A la fin de chaque semaine, les élèves observent et schématisent les bulbes. Lors d’éléments marquants (« poussée de croissance » d’un des bulbes, un bulbe meurt,…) des écrits en dictée à l’adulte sont collectés.

Il s’agit ici d’une observation sur le long terme. Prévoyez au moins 6 semaines pour apprécier la croissance des bulbes.

Lors de la dernière semaine, les élèves concluent sur leurs observations à partir de leurs schémas et des différents écrits dictés à l’adulte. Cette conclusion doit énumérer les différences de croissance entre les bulbes et les élèves doivent tenter d’avancer des explications sur les différences observées.

En complément, afin d’étayer la notion de « croissance », nous avons installé une toise dans la classe. Les mesures avaient lieu une fois par mois et ce, jusqu’à la fin de l’année scolaire.