Programmations « Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions »

Je mets à votre disposition mes programmations pour le domaine « Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions ».

Je me suis appuyée sur mon expérience de cette année pour le choix des compétences.

Je développerai les séquences qui s’y attachent d’ici quelques semaines.

N’hésitez pas à partager vos commentaires.

Mobiliser le langage dans touts ses dimensions

Classer des mots selon leur attaque et leur fin

Séance 1 : Reconnaitre les mots qui commencent par la même initiale -ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE-

Sur la table sont disposées des étiquettes représentant des objets, personnages, éléments liés à la fête des rois ou à votre thème en cours. Certains des mots évoqués par ces images ont une initiale commune. Commencer par les initiales voyelles. « Quel mot commence par « i » ? ». Les élèves tentent de répondre à la question puis tentent à leur tour de trouver d’autres initiales voyelles. Rappeler ce que sont les voyelles. Une fois toutes les voyelles trouvées, passage aux consonnes. Derrière chaque image se trouve l’écriture du mot (explication de ce qu’est un mot) + comparaison dans l’écriture des 2 mots commençant par la même initiale.

Si temps restant et élèves en action, essayer de trouver des fins de mots identiques.

 

Séance 2 : Reconnaitre des mots qui commencent par la même unité de son – ÉVALUATION FORMATIVE –

Planche de rimes: reconnaître dans une planche contenant de  nombreuses images, les mots qui  commencent ou se terminent par la même syllabe ou le même phonème que le mot représenté par une image tirée d’une pioche. Colorier de la même couleur ou poser une image piochée sur une image qui commence … poser un jeton etc… Il faut ici jouer avec la langue et faire un retour constant à l’écrit.

 

Séance 3 : Écrire un poème rimé

Lecture d’un poème célèbre et simple pour apprécier le jeu sur la langue de ce nouveau support.  Amener les élèves à remarquer que les phrases se terminent souvent de la même manière. Mettre en place le concept de rime. Tenter ensuite de créer notre propre poème, sur la fête des rois ou votre thème en cours en conservant des rimes finales identiques. Écriture au tableau pour ensuite faire remarquer les ressemblances des rimes à l’écrit. Les rimes, les syllabes et les voyelles ou consonnes s’entendent et peuvent se voir!

 

Séance 4 : Classer des mots selon l’amorce ou la fin  – ÉVALUATION SOMMATIVE –

Travail sur fiche : les élèves entourent de la même couleur les mots ou mots représentés par une image ayant une amorce ou une fin dont les sons sont identiques. (à préciser lors de la séance).

 

evaluation amorce et rimes

jeu des rimes CP CE1 0811

 

Labyrinthes, quadrillages et compagnie!

Les jeux de logique spatiale sont indispensables et ne nécessitent pas forcement la mise en place d’ateliers de petits groupes. J’ai mis en place ces jeux les vendredi après-midi, à la place des jeux de société. Les élèves se voient alors proposer toutes sortes de jeux de logique dont des labyrinthes et des quadrillages.

Lors de la première séance, avant de partir en remédiation, j’explique très brièvement le principe de ces jeux, je montre un exemple et laisse les élèves s’amuser. Pour éviter une dépense de papier inconsidérée, je place les labyrinthes sous feuille plastique et les élèves tentent de trouver des solutions avec un feutre effaçable. Ils peuvent ainsi réaliser des essais-erreurs pour aider l’indien à retrouver son tipi par exemple.

Les quadrillages sont plus complexes et sont présentés une fois que la majorité des élèves ont compris le fonctionnement du labyrinthe. Lors de ces exercices, il est question de suivre un trajet proposé par des flèches en respectant un point de départ. Une fois la consigne comprise, les élèves s’en sortent très bien et prennent beaucoup de plaisir!

Par la suite, il faut faire progresser par niveau ces jeux. Donnez à vos élèves des labyrinthes et quadrillages plus complexes ou avec des pièges pour amener la réflexion et ne pas simplement développer des mécanismes.

Le langage rituel

En plus des temps spécifiques en atelier autour du langage, nous discutons énormément en classe. Le matin, après les rituels, une dizaine de minutes est consacrée à la parole, à l’expression. L’intérêt est de créer un moment d’expression ritualisé, identifié et rassurant pour que les élèves timides trouvent peu à peu le courage de s’investir dans la conversation. Je ne force jamais mes élèves à parler mais je leur propose de prendre la parole sur des sujets qui peuvent les intéresser. Ne se sentant pas obligés, il arrive fréquemment qu’après plusieurs refus l’élève prenne enfin la parole. A la fin de l’année, tous mes élèves « parlent », discutent et se sentent plus à l’aise. Le mutisme de certain ne dure pas, il disparait après le premier trimestre. Il faut savoir être patient et compatissant.

Pendant l’année scolaire, mes exigences langagières évoluent. Au début de l’année, l’important est que chacun réussisse à s’exprimer, peu importe les erreurs langagières. Avec le temps, je leur demande de créer des phrases correctes, parfois même, de me dire des phrases que l’on pourrait écrire. Je leur demande aussi de rester dans le sujet et je n’hésite pas à stopper un élève qui dévie du sujet, lui proposant de me parler de tout cela plus tard dans la journée, à un moment plus approprié.
J’exerce aussi les élèves à la phrase injonctive. Ainsi, à certains moments de la semaine, nous ne parlons qu’avec ce type de phrases pendant un cours laps de temps. Nous jouons avec la langue!

Par ailleurs, il ne faut pas négliger le vocabulaire qu’il convient de toujours enrichir. Lors de l’étude d’un sujet de découverte du monde, d’art, ou l’étude d’un ouvrage de littérature de jeunesse, il ne faut pas hésiter à utiliser les mots tels qu’ils sont écrits. Vous verrez à la tête des élèves qu’ils n’ont pas compris. A ce moment là, donnez leur des synonymes. Dans le cahier de la classe, je donne de véritables fiches de vocabulaire que les élèves peuvent reprendre à la maison avec leurs parents.

voca instruments, voca igloo, voca roi reines…, voca corps, voca paques, voca SORCIERES PIRATES

*des erreurs se sont glissées dans mes fiches oups!

Comprendre une histoire et la raconter

Pour cette séance, j’ai utilisé l’histoire de Chocoline, à la période de Pâques. Vous trouverez cette histoire ainsi que les illustrations associées sur la maternelle de moustache: http://jt44.free.fr/

Séance 1 : Donner son horizon d’attente ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Les élèves en groupe découvrent la couverture de l’histoire. Ils tentent de donner des pistes sur l’histoire contée à l’intérieur. Les propositions des élèves sont notées. Le livre est ensuite lu. A la fin de l’histoire, rappel des hypothèses des élèves et question : est-ce que c’est ce que vous imaginiez ? Qui est le personnage principal, celui que l’on voit le plus, celui dont c’est l’histoire? Le livre sera relu dans la semaine en lecture plaisir.

J’utilise cette manière de procéder à chaque fois que je souhaite débuter l’étude d’un nouvel ouvrage.

Séance 2 : Se souvenir de l’histoire contée la semaine précédente

En atelier, les élèves s’assoient autour de moi. Nous travaillons alors sans stress, dans une ambiance coocooning. Je montre le livre aux élèves. Les réactions sont souvent immédiates: « c’est le livre de…, ça parle de… ». Je rappelle brièvement les règles de communication et les élèves commencent à rappeler l’histoire. Voici les consignes: rappeler les évènements, dans l’ordre en respectant la parole de ses camarades. Je fais en sorte que tous les élèves parlent en interrogeant les élèves timides sur les éléments qui semblent les intéresser le plus. Ici, le plus important est que les élèves se souviennent de la chronologie de l’histoire de Chocoline. En particulier la fin de l’histoire.

Séance 3 : Relater l’histoire à partir d’illustrations ÉVALUATION SOMMATIVE

En groupe : Les élèves remettent en ordre les images séquentielles puis, chaque élève doit rappeler au moins 2 éléments de l’histoire : ils ont seulement sous les yeux des illustrations de Chocoline.

L’année dernière, j’ai aussi étudié avec les élèves! la sorcière Tambouille; Roule Galette; Pirateries; La fleur du potager; …

Inventer des histoires à partir d’images

Séance 1 : Utiliser son imagination pour créer une histoire à partir d’illustrations ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Les élèves en atelier dirigé en petit groupe se voient présenter une série de 3 images. Ils doivent, en coopération, essayer de créer une histoire cohérente à partir de ces images. Leur histoire sera recueillie en dictée à l’adulte pour la compter aux autres groupes. Il se peut que la coopération entre les élèves soit impossible (ce qui logique lorsque l’on se fie aux stades de développement. A cet âge là, l’enfant est dans une période « d’égocentrisme » et le travail en groupe va à l’encontre de cet état d’esprit du moment). Dans ce cas là, l’enseignant doit animer la création de l’histoire en guidant, réfutant et acceptant des propositions faites par les élèves.

Séance 2 : Créer une histoire à partir d’images

Reprise du principe de la séance 1 mais en ajoutant une difficulté: les élèves tentent de créer une histoire à partir de 5 illustrations.

Séance 3 : Créer une histoire à partir d’images EVALUATION SOMMATIVE

Les élèves évalués individuellement doivent créer une histoire cohérente à partir d’au moins 3 illustrations.