Les matières et leurs caractéristiques

Séance 1 : Donner les caractéristiques des matières : le bois, la paille, la brique

Temps 1 : lecture des « 3 petits cochons ».

 

Temps 2 : suite à la lecture, verbalisation : « que se passe-t-il dans ce conte? En quoi sont faites les maisons? Ont-elles tenu le coup? Pourquoi celle-là oui et les autres non?  Laquelle est la plus fragile ?… »

Grâce à cet ouvrage, les caractéristiques de chaque matière émergent. Il est important de garder une trace écrite des dires des élèves. Pour cela, vous pouvez énumérer ensemble les éléments de chaque matière. Par exemple, la première maison est faite de paille. La paille ne résiste pas au vent, même léger. Les élèves peuvent rajouter d’autres éléments ne se trouvant pas dans le livre. On trouve la paille à la campagne, elle est rassemblée en botte. La paille ne résiste pas au feu. Cette paille n’est pas la même que la paille que l’on utilise pour boire du sirop… Et cela pour toutes les matières afin de créer pour chaque matière une sorte de carte d’identité. Par la suite, cette CI pourra trouver sa place dans le cahier de vie.

Séance 2 : Confirmer les caractéristiques énoncées lors de la séance précédente

Les élèves découvrent des morceaux de matière brute : de la paille, du bois, de la brique. Ils donnent les caractéristiques affinées de chaque matière : « la brique est lourde, … ». Et tentent de voir si tout cela est pertinent dans les « 3 petits cochons ». Lors de cette séance, il est important de reprendre la CI créée pour chaque matière en séance 1 pour la compléter d’éléments physiques testés (taille, poids, aspect, odeur…).

Pour finir la séance, je réalise une chasse aux objets : les élèves vont chercher tel ou tel objet selon la sollicitation : des objets en bois, en brique ou en paille.

Séance 3 : Reconnaitre les matières – ÉVALUATION SOMMATIVE

Évaluation individuelle : les élèves nomment les matières devant eux. Aucune sollicitation ! Ils doivent répondre aux questions :  » comment s’appelle cette matière? » et « que sais-tu sur cette matière puis celle-ci? » ( trois caractéristiques par matière sont souhaitées au moins).

Grille d’évaluation à l’appui.

Publicités

Décourir les matières en construisant des décorations de Noël

Pendant l’année 2010-2011, j’ai développé un projet annuel sur les maisons du monde. Ce projet m’a inspiré pour la création des décorations de Noël et nous nous sommes bien amusés avec les élèves à créer un décor polaire en l’honneur du Père-Noël. Grâce à cette séquence, nous avons manipulé diverses matières: le sucre, la pâte blanche, la feutrine, la laine, les paillettes (si vous en avez),…

Séance 1 : Construire un igloo

Dans un premier temps, découverte des igloos et réseau sur les esquimaux en lecture offerte. Découverte de la fonctionnalité, l’intérêt d’un igloo. Lien avec l’arrivée du froid, de la neige… (en lien avec le projet de la classe: https://elfydia.wordpress.com/category/organisation/themes-et-projets/les-maisons-du-monde/ )

 

Chaque élève dispose de morceaux de sucre et de colle Cléopâtre (blanche) à appliquer avec un pinceau plat. Ils réalisent au départ la base en collant les premiers morceaux de sucre sur du papier cartonné en demi-cercle en laissant un espace (future porte). Par la suite, ils collent en quinconce jusqu’à qu’il ne soit plus possible de coller de morceaux de sucre supplémentaires.

Les igloos ne sont pas des œuvres d’art mais l’effet est garanti!

Séance 2 : Créer les bonhommes de neige et sapins de noël

En amont, il faut préparer le matériel: malaxer de la pâte blanche http://bricoenfolie.free.fr/_private/pateblanche.htm, prévoir des clous de girofle, des paillettes, des branchettes de bois. Pour cette création, j’ai trouvé l’idée (Merci à eux) sur : http://bricoenfolie.free.fr/_private/bonhommedeneigebancmadeles.htm

Chaque enfant modèle 4 boules de pâte pour faire deux  bonhommes de neige (pour coller les têtes sur les corps mouiller un peu d’eau suffit). Puis  mettre les yeux  le nez et  le balai. Pour créer les sapins de noël, vous pouvez rajouter du colorant vert pendant la création de la pâte blanche puis, avec les doigts, les élèves modèlent à plat un sapin de noël.

Séance 3 : Construire un mobile de noël pour décorer la classe

J’ai trouvé cette idée sur un site de nounou (encore une fois). Les nounous ont souvent d’excellentes idées de bricolage et c’est un plaisir pour moi de farfouiller sur leurs sites web pour trouver des idées à mettre en œuvre en classe en les adaptant. Pour ce mobile, je me suis inspirée de ce site de nounou: http://nounoudunord.centerblog.net/261-mobile-bonhommes-de-neige-c

En amont, découper un nuage dans un carton, le peindre en blanc, les élèves y colleront du coton. Découper (les élèves peuvent le faire, dessinez seulement les contours du bonhomme de neige avec l’aide d’un gabarit créé pour l’occasion) dans une feutrine épaisse et blanche des bonhommes de neige et des petits chapeaux de couleurs à coller dessus. Les élèves ajoutent des paillettes pour les boutons et les yeux (ou si comme moi vous manquez de paillettes, une bonne boîte de feutres fin de couleur), le cache nez en chenilles de velours ou en laine. Pour finir le mobile faire des petits flocons avec la chute de la feutrine ou de coton puis les fixer sur le fil. Le mobile est magnifique et décore facilement et joyeusement la classe. Un super bricolage simple, efficace et amusant!

Pendant la période de Noël, je réalise bien d’autres bricolages que je choisis avec l’aide des élèves: une pigne de pin peinte à la bombe de peinture, toutes sortes de boules et de guirlandes pour le sapin (le web déborde d’idées sur cela)…. et surtout ne bridez pas vos idées (les « délires » personnels donnent parfois de magnifiques objets!!! :))

Je vous conseille vivement d’accompagner la période de Noël de chants, comptines, jeux de doigts sur cette fête qui reste un moment magique pour nos élèves. Nous avons parfois oublié cette magie, essayez malgré tout de faire revivre cette magie oubliée pour le bien de vos élèves. Puis, vous vous prendrez peut-être au jeu pour votre plus grand plaisir!

 

Découvrir, comprendre et reproduire le phénomène de liquéfaction et de solidification

Séance 1 : Transformer un objet solide en objet liquide

Dans le congélateur de l’école sont conservés des glaçons. Ce sont les élèves qui sortent les glaçons du congélateur et les démoulent dans un récipient.Par la suite, ils les prennent en main pour se rendre compte qu’ils sont durs, à l’état solide. Mais au toucher des doigts, quelque chose se produit (le glaçon fond): verbalisations des élèves sur ce phénomène prises en dictée à l’adulte. Nous laissons ensuite de côté les glaçons, le temps d’un atelier. Les élèves font alors des hypothèses sur ce qu’il va se produire pendant que les glaçons vont rester seuls.

A la fin de l’atelier, nous retournons voir l’état des glaçons : il n’y a plus que de l’eau : que s’est-il passé ??? Les hypothèses sont vérifiées, les réactions et conclusions des élèves sont dictées à l’adulte pour faire un résumé de l’expérience qui apparaitra dans le cahier de vie. Si vos élèves en sont capables, leur proposer de schématiser l’expérience pour s’en souvenir. Mais en moyenne section, la schématisation n’est pas évidente…

Trace écrite souhaitée: – En sortant du congélateur, les glaçons sont froids et durs.- Quand les glaçons restent à l’air, ils fondent. – C’est la chaleur et l’air qui font fondre les glaçons.

Séance 2 : Transformer un objet liquide en solide

Lors d’une recette de cuisine, un gâteau au chocolat par exemple, les élèves constatent que la pâte est liquide. Leur demander « comment va-t-on retrouver notre pâte une fois cuite au four? » Les élèves donnent leurs hypothèses qui sont écrites et conservées jusqu’à la fin de l’expérience.

Une fois le gâteau cuit et refroidi, les élèves, après découpe constatent que la pâte n’est plus liquide mais solide. L’installation du vocabulaire est ici primordiale. Les hypothèses sont alors vérifiées et une conclusion est écrite en dictée à l’adulte pour le cahier de vie.

 

Trace écrite souhaitée: – Au début, le gâteau est tout liquide. -Après être passé au four, il est devenu tout dur. La chaleur cette fois a rendu la pâte dure.

Séance 3 : Evaluation

L’évaluation se déroule sous forme d’images séquentielles. Les élèves remettent en ordre 3 images séquentielles représentant la fonte d’un glaçon.

Deuxième partie de l’évaluation: Dictée à l’adulte de la solidification de la pâte à gâteau.

L’Air

Séance 1 : Mettre en évidence « l’air » EVALUATION DIAGNOSTIQUE

1-    Faire naître une interrogation : à partir de papier bulle : « à votre avis, qu’y a-t-il à l’intérieur de ce papier bulle ? » émergence des représentations notées au tableau.

2-    Réalisation d’expériences : par groupe : tenter de faire fonctionner des objets fonctionnant à l’air : sèche-cheveux, moulin à vent, éolienne, avion en papier,… et deux ne fonctionnant pas à l’air: pot de fleur, tapis.

3-    Remontée collective : chaque groupe présente son objet et montre son fonctionnement. Les objets ne fonctionnant pas à l’air sont nommés. Création d’un tri à critère au tableau (fonctionne à l’air/ ne fonctionne pas à l’air). Les listes sont progressivement complétées par des objets évoqués par les élèves .

Pour finir la séance, les élèves profitent de la lecture offerte d’un album sur l’air tel que « le vent m’a pris » de Rascal. Enfin, le projet de construction d’une éolienne est présenté.

Séance 2 : comprendre que l’air est partout

1-    Interrogation : « à votre avis, où se trouve l’air ? ». Relevé des hypothèses en dictée à l’adulte (relecture à la fin).

2-    Expérimenter : l’air est partout  : expérience de la bouteille renversée dans l’eau qui remplit le ballon de baudruche (le culot d’une bouteille en plastique est découpé, un ballon de baudruche y est placé. On plonge la bouteille vide dans l’eau, la pression de l’eau et de l’air permettra le gonflement du ballon). Tout le monde peut « créer/faire » de l’air : expérience de la balle du ping-pong et de la paille: les élèves disposent d’une paille et d’une balle de ping pong. En utilisant l’air contenu dans leur souffle, ils font avancer la balle de ping pong. Un « concours de vitesse » peut être organisé …L’air est partout à l’extérieur et surtout dans le vent: Expérience du moulin à vent dans la cour de récréation: Les enfants observent le moulin et son fonctionnement: pourquoi tourne-t-il? D’où vient cet air? Pour aller plus loin, on peut réaliser l’expérience sur plusieurs jours et voir davantage les effets du vent plus ou moins forts selon les jours et montrer que même lorsqu’il n’y a quasiment pas de vent, il y a tout de même de l’air (le moulin bouge très peu).

Conclusion : l’air est partout: dans l’eau, dans le corps, dans le vent et, l’air peut transporter (vent + balle de ping-pong).

Séance 3 : Construire et faire fonctionner une éolienne ÉVALUATION SOMMATIVE

Après l’observation de photographies d’éoliennes, les élèves donnent des hypothèses de construction de leur propre éolienne à partir de rouleaux d’essuie-tout et de papier cartonné.

Ils construisent ensuite leur l’éolienne à partir d’une fiche de fabrication claire et simple où le vocabulaire traité lors de la séquence est réinvesti.

A la fin de la séance, les enfants tentent de faire fonctionner leur éolienne avec leur souffle dans la classe et par le vent à l’extérieur.