Le langage rituel

En plus des temps spécifiques en atelier autour du langage, nous discutons énormément en classe. Le matin, après les rituels, une dizaine de minutes est consacrée à la parole, à l’expression. L’intérêt est de créer un moment d’expression ritualisé, identifié et rassurant pour que les élèves timides trouvent peu à peu le courage de s’investir dans la conversation. Je ne force jamais mes élèves à parler mais je leur propose de prendre la parole sur des sujets qui peuvent les intéresser. Ne se sentant pas obligés, il arrive fréquemment qu’après plusieurs refus l’élève prenne enfin la parole. A la fin de l’année, tous mes élèves « parlent », discutent et se sentent plus à l’aise. Le mutisme de certain ne dure pas, il disparait après le premier trimestre. Il faut savoir être patient et compatissant.

Pendant l’année scolaire, mes exigences langagières évoluent. Au début de l’année, l’important est que chacun réussisse à s’exprimer, peu importe les erreurs langagières. Avec le temps, je leur demande de créer des phrases correctes, parfois même, de me dire des phrases que l’on pourrait écrire. Je leur demande aussi de rester dans le sujet et je n’hésite pas à stopper un élève qui dévie du sujet, lui proposant de me parler de tout cela plus tard dans la journée, à un moment plus approprié.
J’exerce aussi les élèves à la phrase injonctive. Ainsi, à certains moments de la semaine, nous ne parlons qu’avec ce type de phrases pendant un cours laps de temps. Nous jouons avec la langue!

Par ailleurs, il ne faut pas négliger le vocabulaire qu’il convient de toujours enrichir. Lors de l’étude d’un sujet de découverte du monde, d’art, ou l’étude d’un ouvrage de littérature de jeunesse, il ne faut pas hésiter à utiliser les mots tels qu’ils sont écrits. Vous verrez à la tête des élèves qu’ils n’ont pas compris. A ce moment là, donnez leur des synonymes. Dans le cahier de la classe, je donne de véritables fiches de vocabulaire que les élèves peuvent reprendre à la maison avec leurs parents.

voca instruments, voca igloo, voca roi reines…, voca corps, voca paques, voca SORCIERES PIRATES

*des erreurs se sont glissées dans mes fiches oups!

Publicités

Comprendre une histoire et la raconter

Pour cette séance, j’ai utilisé l’histoire de Chocoline, à la période de Pâques. Vous trouverez cette histoire ainsi que les illustrations associées sur la maternelle de moustache: http://jt44.free.fr/

Séance 1 : Donner son horizon d’attente ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Les élèves en groupe découvrent la couverture de l’histoire. Ils tentent de donner des pistes sur l’histoire contée à l’intérieur. Les propositions des élèves sont notées. Le livre est ensuite lu. A la fin de l’histoire, rappel des hypothèses des élèves et question : est-ce que c’est ce que vous imaginiez ? Qui est le personnage principal, celui que l’on voit le plus, celui dont c’est l’histoire? Le livre sera relu dans la semaine en lecture plaisir.

J’utilise cette manière de procéder à chaque fois que je souhaite débuter l’étude d’un nouvel ouvrage.

Séance 2 : Se souvenir de l’histoire contée la semaine précédente

En atelier, les élèves s’assoient autour de moi. Nous travaillons alors sans stress, dans une ambiance coocooning. Je montre le livre aux élèves. Les réactions sont souvent immédiates: « c’est le livre de…, ça parle de… ». Je rappelle brièvement les règles de communication et les élèves commencent à rappeler l’histoire. Voici les consignes: rappeler les évènements, dans l’ordre en respectant la parole de ses camarades. Je fais en sorte que tous les élèves parlent en interrogeant les élèves timides sur les éléments qui semblent les intéresser le plus. Ici, le plus important est que les élèves se souviennent de la chronologie de l’histoire de Chocoline. En particulier la fin de l’histoire.

Séance 3 : Relater l’histoire à partir d’illustrations ÉVALUATION SOMMATIVE

En groupe : Les élèves remettent en ordre les images séquentielles puis, chaque élève doit rappeler au moins 2 éléments de l’histoire : ils ont seulement sous les yeux des illustrations de Chocoline.

L’année dernière, j’ai aussi étudié avec les élèves! la sorcière Tambouille; Roule Galette; Pirateries; La fleur du potager; …

Inventer des histoires à partir d’images

Séance 1 : Utiliser son imagination pour créer une histoire à partir d’illustrations ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Les élèves en atelier dirigé en petit groupe se voient présenter une série de 3 images. Ils doivent, en coopération, essayer de créer une histoire cohérente à partir de ces images. Leur histoire sera recueillie en dictée à l’adulte pour la compter aux autres groupes. Il se peut que la coopération entre les élèves soit impossible (ce qui logique lorsque l’on se fie aux stades de développement. A cet âge là, l’enfant est dans une période « d’égocentrisme » et le travail en groupe va à l’encontre de cet état d’esprit du moment). Dans ce cas là, l’enseignant doit animer la création de l’histoire en guidant, réfutant et acceptant des propositions faites par les élèves.

Séance 2 : Créer une histoire à partir d’images

Reprise du principe de la séance 1 mais en ajoutant une difficulté: les élèves tentent de créer une histoire à partir de 5 illustrations.

Séance 3 : Créer une histoire à partir d’images EVALUATION SOMMATIVE

Les élèves évalués individuellement doivent créer une histoire cohérente à partir d’au moins 3 illustrations.

Verbaliser à partir de la fête de Noël

 

Séance 1 : Reconnaitre et verbaliser à partir d’objets spécifiques de la fête de Noël ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Au coin regroupement, 3 objets sont disposés sur un présentoir : une guirlande, une boule de Noël, une étoile. Dans un premier temps, les élèves font des suppositions sur ces objets, ce qu’ils représentent. Amener au fur et à mesure la discussion sur les autres objets de décoration de cette fête et ce qui serait bien pour la décoration de la classe. Mise en projet des élèves sur la décoration de la classe. On peur ici aussi identifier la classe générique de la série d’objets.

Grille d’évaluation diagnostique pour recueillir les propos des élèves.

Séance 2 : Évoquer la fête de Noël de l’année précédente

En petit groupe, les élèves racontent ce qu’ils ont fait à l’école l’année précédente pour la fête de noël : décorations, spectacles,… puis à la maison : cadeaux reçus, repas mangés, personnes présentes…. Les phrases doivent être construites correctement, être au passé, détaillées et les élèves doivent utiliser des verbes d’actions.

Séance 3 : Communiquer sur ses espoirs concernant la fête de Noël ÉVALUATION SOMMATIVE

En petit groupe les élèves donnent leurs espoirs sur la fête de noël : cadeaux reçus, personnes présentes, météo espérée, ….  A la fin de la séance, en évaluation sommative, les élèves dessinent leur noël rêvé.

s’exprimer en articulant correctement en prenant soin de sa prononciation

Tout au long de la période et même de l’année, les élèves par l’étude et la mémorisation de comptines, chansons et jeux de doigts, français comme étrangers (anglais, espagnol), acquerront cette compétence. Pour cela, les supports choisis à cette fin nécessiteront une bonne prononciation.

Une évaluation sommative prendra place à la fin de la première période lorsque les élèves réciteront une comptine ou chanteront une chanson. Différents critères seront observés : l’élève prononce correctement les mots de la comptine ; l’élève articule ; …

S’inscrire dans la vie de la classe (début d’année)

Séance 1 : Élaborer ensemble les différents rituels de la classe et leur fonctionnement : les responsabilités.

Au coin regroupement, les différentes étiquettes responsabilités sont présentées aux élèves : le dateur, le présentateur météo, le compteur d’enfants, le portier, l’extincteur de lumière, mr/mme bruit, mr/mme rangement, le bibliothécaire,…

Chaque rôle est explicité (les éléments caractérisant chaque responsabilité seront donnés par les élèves puis, l’enseignant régule). Un panneau dans la classe possède les photocopies des étiquettes (A5) et des crochets en dessous. Sur ces crochets seront affichés les prénoms ou les photos des enfants responsables.

A la fin de la séance, chaque enfant choisi sa responsabilité.

Les responsabilités changent toutes les semaines (voire 2 semaines).

Séance 2 : Élaborer ensemble les différents rituels de la classe et leur fonctionnement : reconnaitre les coins jeux.

Chaque coin jeux est matérialisé par une étiquette qui lui correspond. En petits groupe, une « course à l’étiquette » sera organisée.

Chaque élève aura en sa possession une étiquette et devra retrouver le coin qu’elle représente dans un temps limité.

Une fois tous les coins trouvés, les élèves retournent au coin regroupement. Présentation alors des tours de cou spécifiquse à chaque coin avec une quantité limitée. Mettre les élèves en questionnement et les laisser faire des hypothèses sur ces tours de cou et sur leur nombre limité.

Séance 3 : Élaborer ensemble les différents rituels de la classe et leur fonctionnement : les règles de vie de la classe

Les élèves ont connaissance depuis le début de l’année de la météo du comportement et connaissent quelques règles de vie dans la classe. Ici, c’est à eux d’en apporter de nouvelles et d’en consolider.

Au coin regroupement, en groupe classe, les élèves vont tout d’abord verbaliser à partir de la météo du comportement : que représente-t-elle ? Que se passe-t-il lorsque l’on passe dans le bleu, vers l’orage ? Que faire pour remonter ? …

Dans un second temps, les élèves vont devoir réfléchir : « a votre avis, que faut-il que je fasse pour descendre dans la météo du comportement ? » ils vont alors évoquer les interdits qui seront notés au tableau. Puis « que dois-je faire pour remonter ? », ils vont alors évoquer les comportements positifs…

A la fin de la séance, deux listes auront été créées et mèneront à la création du panneau des règles de vie de la classe en séance 3 (mise des élèves en projet).

Séance  4 : Évaluation sommative : Réaliser l’affiche des règles de vie de la classe.

Temps 1 : les élèves sont réunis au coin regroupement en groupe classe. Les règles vues lors de la séance précédente sont au tableau (tapées à l’ordinateur). Pour chaque règle, un pictogramme a été choisi par l’enseignant. C’est aux élèves de rétablir le puzzle en unissant la règle à son pictogramme.

Temps 2 : réalisation de l’affiche : de deux couleurs différentes : ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Les élèves disposent les pictogrammes sur la bonne couleur. Une fois cela terminé et vérifié, ils peuvent la coller. Elle sera plastifiée en dernier instance et affichée à un endroit très visible dans la classe constituant un point de repère et de référence privilégié.