Classer des mots selon leur attaque et leur fin

Séance 1 : Reconnaitre les mots qui commencent par la même initiale -ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE-

Sur la table sont disposées des étiquettes représentant des objets, personnages, éléments liés à la fête des rois ou à votre thème en cours. Certains des mots évoqués par ces images ont une initiale commune. Commencer par les initiales voyelles. « Quel mot commence par « i » ? ». Les élèves tentent de répondre à la question puis tentent à leur tour de trouver d’autres initiales voyelles. Rappeler ce que sont les voyelles. Une fois toutes les voyelles trouvées, passage aux consonnes. Derrière chaque image se trouve l’écriture du mot (explication de ce qu’est un mot) + comparaison dans l’écriture des 2 mots commençant par la même initiale.

Si temps restant et élèves en action, essayer de trouver des fins de mots identiques.

 

Séance 2 : Reconnaitre des mots qui commencent par la même unité de son – ÉVALUATION FORMATIVE –

Planche de rimes: reconnaître dans une planche contenant de  nombreuses images, les mots qui  commencent ou se terminent par la même syllabe ou le même phonème que le mot représenté par une image tirée d’une pioche. Colorier de la même couleur ou poser une image piochée sur une image qui commence … poser un jeton etc… Il faut ici jouer avec la langue et faire un retour constant à l’écrit.

 

Séance 3 : Écrire un poème rimé

Lecture d’un poème célèbre et simple pour apprécier le jeu sur la langue de ce nouveau support.  Amener les élèves à remarquer que les phrases se terminent souvent de la même manière. Mettre en place le concept de rime. Tenter ensuite de créer notre propre poème, sur la fête des rois ou votre thème en cours en conservant des rimes finales identiques. Écriture au tableau pour ensuite faire remarquer les ressemblances des rimes à l’écrit. Les rimes, les syllabes et les voyelles ou consonnes s’entendent et peuvent se voir!

 

Séance 4 : Classer des mots selon l’amorce ou la fin  – ÉVALUATION SOMMATIVE –

Travail sur fiche : les élèves entourent de la même couleur les mots ou mots représentés par une image ayant une amorce ou une fin dont les sons sont identiques. (à préciser lors de la séance).

 

evaluation amorce et rimes

jeu des rimes CP CE1 0811

 

Découvrir un type d’écrit : la recette de cuisine

Séance 1 : Reconnaitre une recette de cuisine ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE

Pour commencer la séance, nous débutons par un bain de textes : les élèves tentent de repérer un type d’écrit particulier avec des éléments spécifiques : la recette. Une fois toutes les recettes découvertes et mises de côté, les élèves décrivent ce type d’écrit: « en haut il y a des photos de nourriture »,…., « là y a une montre »….). Pour qu’il y ai une cohérence sur vos recettes, je vous conseille de trouver des recettes où l’on retrouve les mêmes pictogrammes. Vous risquez d’avoir besoin de les guider dans le tri et dans la découvertes des parties de la recette.

Voilà les éléments que je garde pour la description d’une recette: Le titre de la recette, la photo de la recette, le temps de réalisation, le nombre de gourmands qui vont profiter de la recette, les ingrédients, les ustensiles et la préparation.

A la fin de la séance, nous créons une affiche technique de la recette en reprenant tous les pictogrammes et toutes les parties de la recette.

Séance 2 : Réutiliser l’affiche technique de la recette pour créer une recette imaginaire

Avec les élèves, nous reprenons l’affiche technique de la recette et après rappel des éléments trouvés en séance 1, nous tentons de créer une recette de cuisine complètement originale voir totalement déjantée! La seule contrainte: utiliser des ustensiles et ingrédients existants, pas d’imaginaire à ce moment là. En fin de séance, si la séance s’est bien déroulée, pourquoi ne pas inventer une recette pour la mascotte de la classe ou pouvant être créée par la sorcière du livre de LDJ du moment… Sur chaque recette, les pictogrammes de la séance 1 sont réutilisées pour chaque étape.

Séance 3 : Maitriser le vocabulaire de la recette

Dans une recette, on retrouve très souvent les mêmes mots ou expressions. Il est important de les définir: ingrédients, cuisson, mots inducteurs (mélanger, brasser, découper,…). Par exemple, la distinction entre ingrédients et ustensiles est primordiale.

Pour réinvestir ce vocabulaire, nous organisons des jeux de rôles. Par exemple, le premier jeu: « une maman souhaite cuisiner avec son petit enfant. Pour commencer sa recette, elle prend le livre de recettes posé sur la table puis, elle choisit sa recette. Dans cette dernière, le titre est…., il faut ….h pour la réaliser et elle régalera …. personnes. Pour réussir la recette, il faut les ingrédients suivants….. et les ustensiles….. Pour commencer la préparation, la maman doit mélanger……. »

Les élèves réalisent tous les gestes dictés.

Séance 4 : Découvrir et analyser la recette à réaliser

Pour commencer la séance, je lis la recette de cuisine à réaliser (recette de cuisine de la période qui sera faite la semaine suivante par exemple), les élèves, chacun avec leur feuille, tentent de dessiner les directives de la recette. Pour valider, vérifier qu’il s’agit bien de la même recette (que la représentation est correcte), je relis la production de chaque élève.

Pour terminer la séance, ils disposent d’images séquentielles qu’ils remettent dans l’ordre.

Séance  5 : Remettre dans l’ordre les vignettes de la recette EVALUATION SOMMATIVE

Après réalisation de la recette de la période, les élèves doivent ranger dans l’ordre chronologique les étapes de notre recette. Pour cela, ils doivent se remémorer leur vécu.

LE GATEAU AU YAHOURT

Reconnaître et écrire son prénom

Cette compétence est le véritable défi de la Moyenne Section et les élèves sont très inégaux face à celle-ci. La taille du prénom, l’intérêt pour les lettres, la volonté, diffèrent d’un enfant à l’autre. Il faut savoir être patient et inventif car les besoins des élèves seront alors très différents. Peut-être vos élèves auront-ils déjà apprivoisé l’écriture de leur prénom en PS ou à la maison mais il est important de vérifier le sens de l’écriture des lettres et la tenue du crayon ou du feutre.

La séquence présentée ici nécessitera sans doute des aménagements en classe, ce n’est qu’une base de travail et de progrès.

Séance 1 : Reconnaitre son prénom  EVALUATION DIAGNOSTIQUE- RITUEL

Sur une table sont disposées des étiquettes prénoms écrites en majuscules d’imprimerie (les 2 autres écritures sont présentes mais en plus petite taille). Une gommette du groupe y est collée. L’élève tente de retrouver son prénom entre tous pour le disposer sur le tableau des présences en arrivant le matin. Pendant l’année, je fais évoluer ce rituel: dès la période 2, j’ôte la gommette du groupe, parfois je demande aux élèves d’aller chercher un par un leur étiquette pour m’assurer que ce n’est pas du hasard ou seulement une reconnaissance partielle de leur prénom.

Séance 2 : Reconnaitre et disposer les lettres de son prénom

Les élèves ont devant eux une étiquette où est écrit leur prénom en lettre d’imprimerie. Ils disposent aussi de lettres découpées dont celles de leur prénom. Dans un premier temps ils doivent rechercher leur prénom (toutes les affichettes sont au centre de la table est ils doivent retrouver la leur) puis trouver les lettres de leur prénom et les collecter.

Sous leur prénom rédigé, les élèves doivent replacer au bon endroit les lettres choisies par correspondance (essais-erreurs). Une fois le travail correct, les élèves collent dans l’ordre les lettres de leur prénom.

On pourrait penser cela simple mais c’est extrêmement complexe et complètement dénué de sens si vous ne les accompagnez pas! L’intérêt ici est de reconnaitre son prénom, les lettres de son prénom et de les placer dans un ordre qui sera toujours le même. Il vous faut rappeler cela tout au long de l’atelier, que l’élève n’ait pas l’impression de réaliser une tâche de manière mécanique sans comprendre le pourquoi.

Séance 3 : Décalquer les lettres de son prénom

Les élèves retrouvent leur étiquette prénom au centre de la table et s’équipent d’une feuille de papier calque. Mettez un petit bout de scotch pour tenir le calque, nous sommes en début d’année, la tâche n’est pas aisée, ne rajoutez pas de difficulté. Au feutre, ils décalquent leur prénom puis le décore.

Pour continuer l’entraînement, chaque élève dispose d’une pochette plastique avec son prénom à sa disposition. Lors des moments laissés libres, l’élève peut s’exercer. J’utilise ce dispositif toute l’année mais je le fais évoluer. Par exemple, pour commencer, les élèves retrouvent dans la pochette la fiche réalisée en séance 2 (collage des lettres sous le modèle), puis, une écriture manuscrite, et enfin sans modèle. En fin d’année, selon l’avancée des élèves, je réutilise ces pochettes pour l’écriture du prénom en cursives.

Pendant une longue période, il vous faudra laisser les élèves essayer d’écrire leur prénom en autonomie avec la pochette plastique au départ puis, sur une feuille libre en prenant pour modèle leur étiquette prénom collée sur la table (collée dès le début d’année pour que les élèves connaissent leur place. Du coup, ils ont ce modèle en continue sous les yeux. Dites leur dès le début de l’année qu’il s’agit de leur prénom pour qu’ils aient la curiosité de le regarder). Cela peut prendre 1 à 3 période selon les élèves… Soyez patients… Il vaut mieux l’installer convenablement que trop rapidement. Je m’amuse parfois à changer les étiquettes sans leur en parler à l’avance (à partir de la fin de la période 2). Ils s’en rendent souvent compte seuls et changent de place par eux-même, c’est assez marrant.

Pour mes élèves en difficultés, je fais de la remédiation le vendredi après-midi. On joue alors à « cache-cache prénom » (ils doivent retrouver leur prénom parmi plusieurs) et pour l’écriture, on passe par l’écriture dans le sable/la farine, avec de la pâte à modeler, puis de la systématisation une fois que les choses deviennent plus faciles.

Séance 4 : Écrire son prénom sans le modèle EVALUATION SOMMATIVE

L’élève écrit son prénom pour signer ses productions. Une case est laissée libre sur les fiches à cette intention (large case au départ que vous pourrez réduire par la suite)

Les syllabes pour les Moyens

Pour réaliser ma séquence, je me suis beaucoup inspirée des travaux de cette formidable enseignante surnommée Nanoug:

http://www.tourdeclasse.com/archives/2009/03/11/12920030.html

Voici la synthèse que j’en ai fait:

Séance 1 : Découvrir le concept de syllabe (EVALUATION DIAGNOSTIQUE)

1- Question ouverte en grand groupe : « Qu’est ce qu’une syllabe? » : les réponses des élèves sont prises en compte bien que peu d’élèves connaitront ce mot-concept, voir même aucun mais, le fait de poser la question va amener un questionnement, une prise d’intérêt soudaine, va ouvrir la curiosité de vos élèves. Après quelques minutes de réflexion, leur expliquer que les syllabes permettent de prononcer différemment les mots, en les découpant par petits bouts.

2 – Afin d’aider les élèves à mieux comprendre, il faut passer à l’action. Pour aller au plus près des élèves, dans un premier temps, ce sont les syllabes des prénoms des enfants de la classe qui sont scandés tout en frappant dans les mains: avant que les élèves se mettent au travail, l’enseignante scande son prénom (dans mon cas maî-tre-sse E-lo-die), s’en suit l’ATSEM (Ca-the-ri-ne). Par la suite, un grand tour de groupe est organisé. On procède en 2 étapes: Etape 1: l’élève scande seul son prénom en tapant des mains; Etape 2: tous les élèves reprennent ensemble cette prononciation. Tous les élèves ont alors l’occasion de scander leur prénom et ceux des camarades.

3- Dès que les élèves commencent à maîtriser cette manière de procéder, continuer avec des mots utilisés dans la classe: « monsieur bruit » devient alors mon-sieur bruit; « automne » devient au-to-mne….

A la fin de la séance, le concept de syllabe n’est pas encore installé mais cette mise en bouche permet aux élèves de s’intéresser à ce nouveau rythme, à jouer avec (vous les entendrez scander d’autres mots par eux-même parce que « c’est rigolo »…).

Séance 2 : Compter les syllabes  (EVALUATION FORMATIVE)

1- On demande aux élèves de compter les syllabes. Une difficulté va se poser : comment scander et compter en même temps ? Ecoute des propositions des élèves.

2- Pour la suite, on va utiliser des cerceaux (ou pas japonais): Chaque élève détient une image dans la main. Il se place devant la ligne de cerceaux. Il lit à haute voix son image en prenant soin de découper les syllabes. Si cela est correct, il peut se lancer dans le comptage. Si ce n’est pas exact, reprendre avec lui cette prononciation. Pour déterminer le nombre de syllabes, l’élève saute dans un cerceau pour chaque syllabe: Pour LAPIN, il va sauter dans le premier cerceau en disant LA puis dans le second pour PIN. Quand il n’y a plus de syllabe à dire, l’élève pose son image dans le cerceau où ses pieds sont positionnés, il sort du cerceau puis compte le nombre de syllabe qu’il a traversé.

Tous les élèves passent une fois avec ce système.

Un deuxième tour de jeu est organisé avec des mots plus longs.

3- Pour terminer la séance, il va être question de compter les syllabes sans utiliser les cerceaux. pour cela, au lieu de taper dans les mains, il faudra compter avec les doigts. A chaque syllabe prononcée, un doigt est levé et les doigts comptés à la fin.

Une fois cette séance terminée, je vous conseille de souvent jouer au jeu du comptage des syllabes avec vos élèves, de manière rituelle avant un atelier, ou à la demande de vos élèves, ou en les surprenant complètement.

Dans ma classe, fréquemment, à l’heure du bilan des ateliers, en discutant, deux ou trois mots étaient scandés et leurs syllabes comptées (avec les doigts) puis comparés pour savoir lequel des deux ou trois avait le plus de syllabes. Ces moments ritualisés permettent aux élèves d’affiner leur méthode, de prendre confiance en eux.

Séance 3 : Localiser une syllabe dans un mot

1-   Sur la table, les élèves disposent d’images et de jetons (images en format 1/2 A4). Au départ, tous les élèves disposent de la même image. Une fois prêts, les élèves donnent le nom de l’objet sur l’image puis le découpe en syllabe. Ils utilisent ensuite les jetons pour matérialiser le nombre de syllabe (1 jeton = 1 syllabe). Dans l’idéal, le comptage avec les jetons doit être silencieux, les élèves chuchotent les mots en posant 1 jeton à chaque syllabe chuchotée. Une revérification est organisée à la fin de cette étape.

Une fois les comptages refaits et corrigés (pour certains), je leur demande de trouver une syllabe. Par exemple pour LA-PIN, quel jeton (est la syllabe)/dit « PIN ». Réalisez ce travail avant tout avec des mots bi-syllabiques, une complexification pourra être envisagée selon les réussites de vos élèves.

2- Par la suite, l’exercice est repris sous cette forme au moins une fois de plus puis, les élèves disposeront d’une image chacun, devront disposer le bon nombre de jetons devant leur image (vérifié avant le travail de recherche de syllabe avec le reste du groupe), et trouver la syllabe demandée. Il peut être intéressant de demander la même syllabe pour deux ou trois mots différents, les élèves remarqueront que « tu as demandé comme pour Julian maîtresse », et donc que l’on peut avoir des mots différents qui ont la même syllabe et même que parfois, elles ne se situent pas au même endroit dans les mots. Dans ce cas là, victoire, vos élèves vous ont bluffé!

Vous pouvez reprendre cet exercice encore une ou deux fois selon le temps qu’il vous reste. Prévoyez au moins 30 minutes pour chaque séance.

Séance 4 : Compter les syllabes et localiser une syllabe dans un mot (EVALUATION SOMMATIVE)

Travail sur fiche : les élèves comptent les syllabes des mots imagés en coloriant le même nombre de pastilles que de syllabes et identifient avec une gommette l’endroit où se situe la syllabe donnée.

Graphisme

Pour travailler le graphisme, j’utilise de fond en comble l’ouvrage « Les ateliers graphiques-MS » de Retz qui est absolument formidable! http://www.editions-retz.com/Ateliers_graphiques-9782725629544.html

Cela permet d’aborder le graphisme via les arts visuels en amenant l’élève à être de plus en plus précis dans ses gestes. Je complète le travail de graphisme par des fiches de graphisme fin où il est question de réaliser de petits traits en nombre ou de longs traits précis,…

Voici la progression que je suis:

Période 1/2: les traits (horizontaux, verticaux, obliques).

Période 2/3: les ronds (respect du sens du tracé du rond).

Période 3/4: les lignes brisées (zigzags).

Période 4: les ponts.

Période 5: les boucles.

Les lettres de l’alphabet

La rencontre avec les lettres de l’alphabet est progressive dans un premier temps. Certains élèves les connaissent déjà mais une majorité d’entre eux vivent leur premier rendez-vous avec elles. Pour ma méthode je me suis inspirée d’un site internet dont je ne me souviens pas l’adresse, désolée…

Tous les matins, les élèves découvrent une lettre et tentent de la nommer. les élèves ayant leur prénom commençant par cette lettre lèvent le doigt. Leurs prénoms sont ensuite écrits au tableau pour « se souvenir ». Après cela, nous vérifions sur les tableaux des groupes si un enfant n’a pas oublié de lever le doigt et essayons alors de retrouver tous les prénoms qui commencent par la lettre en question sur les affiches. Une fois cette étape terminée, nous écoutons et reproduisons le son de la lettre afin de trouver des mots commençant par ce son et donc (dans la majorité des cas), la lettre: par exemple, la A se dit [a] comme dans aaaaaaaaabeille (bien insister sur la première syllabe). Ensuite, les élèves proposent chacun à leur tour des mots pouvant commencer par la lettre et les propositions sont validées ou non selon erreur.

ATTENTION: j’ai constaté que plusieurs phonèmes comme le [f] n’étaient pas perçus par les enfants….

A la suite de cette découverte, une affiche en 3D est créée avec des objets de la classe correspondant aux mots trouvés. Les affiches recouvrent une partie du mur de la classe et sont souvent regardées et nommées pour permettre l’appropriation.

En parallèle, des ateliers d’écritures sont proposés: les élèves munis d’une fiche réécrivent autant de fois que possible les lettres de l’alphabet en respectant le sens des flèches. Ils peuvent mettre la feuille dans une poche plastique et écrire au velleda si ils le souhaitent.De même, tous les vendredis après-midi, ils réalisent un coloriage magique des lettres de l’alphabet.

Ils apprennent aussi la comptine des lettres de l’alphabet. Cette dernière est chantée en rituel avant les ateliers.

A la fin de la période 4, je les évalue individuellement en leur demandant de nommer les lettres de l’alphabet présents sur une feuille.