Let it snow, let it snow, let it snow…

Wichtelfreunde zugeschneit

Avec ce triste mois de Novembre, j’ai ressenti le besoin de me projeter à Noël et donc de me lancer dans les préparatifs. Du coup, cette année, nous avons fait énormément de bricolages autour du pôle nord et de Noël. J’avais envie de vous les montrer ici:

Autour du pôle nord:

  • Nous avons étudié quelques éléments de l’art de l’Alaska et notamment, les peintures à l’encre créées à partir de symboles de tribus ancestrales. Pour réussir cet atelier, j’ai fabriqué des pochoirs et les élèves ont peint à l’encre rouge ou noire, selon leur envie.
  • Nous avons fabriqué une gigantesque fresque (banquise faite de coton, mer en papier crépon bleu, icebergs en coton, flocons de neige faits au perforateur, soleil fait à la craie et au feutre) que nous avons complétée avec des igloos (sur papier cartonné gris. Les élèves ont tamponné avec des rectangles d’éponges  pour faire les blocs de glace puis, nous avons découpé des formes d’igloos). Nous avons aussi fabriqué de petits pingouins (sur un ovale de papier cartonné noir, j’ai dessiné un œil au Blanco puis, les élèves ont collé 1 gommette triangulaire orange pour faire le bec, 2 gommettes noires (1 gommette triangle noire coupée en 2) pour faire les nageoires et la même chose en orange pour faire les pattes. Enfin, ils ont mis leur pouce dans de la peinture blanche pour faire le ventre de leur pingouin). La grande majorité de ces supers idées vient du site de lolococo http://lolococo.canalblog.com/archives/2013/01/01/26289132.html Voici le résultat:       
  • Le panneau des animaux du pôle nord: réalisé après avoir étudié les caractéristiques de ces animaux (physique, déplacement, alimentation):
  • Les igloos…: j ai recommencé mais cette fois-ci, nous avons utilisé du polystyrène (chips de calage). Pour les realiser, j ai demandé aux élèves de coller une base de 5 « boudins ». Ils ont fait ensuite 3 étages identiques les 1 sur les autres. Pour coller les morceaux de polystyrene, il suffit de les humidifier en les posant quelques secondes sur une éponge. Ensuite, j’ai mis pour eux les dessus de la porte et ils ont fermé le toit progressivement:    

Autour de Noël:

  • Nous avons fabriqué un plafond d’étoiles. Je me suis inspirée des magnifiques étoiles de Zü https://drive.google.com/file/d/0B7OHhsjs3QjzamdwZkpzb0FGVWc/view. Chaque élève a peint sa feuille d’étoile en choisissant la couleur de son choix entre le doré et l’argenté. Ensuite, avec mon ATSEM, nous avons découpé et plié les étoiles. Attention, ça prend pas mal de temps mais le résultat est magnifique.    
  • La carte de Noël faite avec de la récup. de papier cartonné gris… Au dos de la carte, ils ont collé les vœux que j’avais préparé en amont. J’ai ensuite proposé à mes élèves de choisir un pochoir (5 modèles différents possibles: sapin, traineau, Père-Noël, flocon de neige, renne), j’ai mis 2 petits bouts de scotch afin de les caler puis, ils ont peint à l’éponge avec de la peinture blanche. Pour terminer le travail, ils ont collé des petits flocons de neige que j’avais préparé avec une perforatrice.     
  • Une boule pour le sapin: idée trouvée sur Pinterest http://123learnonline.blogspot.fr/2010/12/christmas-ornament.html. J’ai diminué la taille du modèle trouvé chez chabadou (http://ekladata.com/chabadou.eklablog.com/perso/arts%20visuels/gabarit%20boule%20de%20noel.pdf) puis, mon atsem a évidé les boules. J’ai ensuite pailleté la partie restante. Nous avons préparé des ronds transparents de la taille des boules puis, les élèves les ont collés sur le contour. Enfin, ils ont choisi et collé des gommettes sur ce papier transparent. Pour terminer, j’ai plastifié les boules et perforé le haut.   

 

 

 

Publicités

La rentrée 

  

 Ca y est! Nous voilà à J+7! 

Cette rentrée n’aura pas été très agréable. Entre des soucis liés à la météo et l’absence de mon atsem les premiers jours. Ça a été éreintant. 

Les élèves ont beaucoup pleuré et pleurent d’ailleurs encore un peu.

Les étiquettes et les groupes sont enfin en place et ont permis de rendre la classe plus sereine (plus de  disputes pour avoir une place sur le banc, plus de colère pour tout et rien). Ils avaient besoin d’un cadre cette année, de repères.

   

Les étiquettes des portes manteaux sont placées aussi et permettent aux enfants de repérer seuls l’endroit où ils doivent poser leurs affaires.

 
Les rituels commencent doucement à trouver leur place et le projet annuel est lancé. 

Mais cette rentrée m’a surtout renvoyé le fait que je suis fatiguée d’enseigner en maternelle, que j’ai envie d’autre chose. Après 7 ans de maternelle, j’aspire à voir et pratiquer d’autres niveaux. 

À suivre….

Nouvel emploi du temps 2015-2016!

Le voici, le voilà, tout chaud, tout beau!

Pour ce nouvel emploi du temps, j’ai pris en compte les différents problèmes rencontrés l’année dernière et je me suis adaptée.

Pour chaque temps d’atelier, un groupe pourra manipuler librement les activités Montessori.

Pour toute question, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

EMPLOI DU TEMPS 2015-2016

Quelques pistes pour une rentrée avec le moins de pleurs possible en TPS-PS…

Quelques conseils dans les lignes à suivre. Ils ne sont pas infaillibles, je dois bien l’avouer mais, l’année dernière ils ont été efficaces pour moi.

– Se présenter aux parents ET surtout aux enfants: à leur arrivée, les élèves sont accueillis avec leurs parents individuellement. Je me présente aux élèves « Bonjour, je suis maîtresse E. Je sais que tu es très impressionné(e) mais, tu verras, ici, on passe de bons moments avec les copains, l’Atsem et la maîtresse. Tu veux bien faire de gros bisous à papa et maman pendant que je leur pose quelques questions puis, tu leur dit au-revoir. Ils partiront pour que tu joues avec les copains ». Je dirige l’élève vers un atelier pendant que je pose aux parents les questions d’usage (cantine, sieste, heure de départ…). Habituellement, je colle une étiquette sur le vêtement de l’enfant avec de le laisser partir jouer mais, c’est parfois un véritable fiasco (l’élève refuse, l’étiquette se perd, les colliers c’est pire…). Cette année, je pense prendre les enfants en photos dès leur arrivée, noter leur prénom en légende (je peux le faire avec mon téléphone) et imprimer mon trombinoscope entre 12h et 13h30.

– Demander à l’Atsem de s’occuper en priorité des élèves les plus « tristes ». Qu’elle prenne le temps de les rassurer, de les présenter aux autres camarades. Une fois que tous les élèves ont été accueillis, je la seconde dans cette tâche.

– Après une demie heure de jeux, de séchage de larmes, nous retrouvons les autres élèves de maternelle en récréation. Pendant 30 minutes, nous laissons les élèves découvrir ce nouvel espace, connaître de nouveaux élèves en dehors de la classe. Exceptionnellement, ce jour là, les doudous peuvent venir avec eux en récré. Une fois ce moment de jeux terminé, les élèves sont ramenés en classe. Je leur demande de s’installer sur les bancs du coin regroupement, à l’endroit où ils le souhaitent. Certains refusent de s’assoir, je les laisse faire mais je leur demande de ne pas aller aux coins de jeux. Nous allons partager un moment ensemble, il ne faut pas de bruits. L’année dernière, à ce stade, je n’avais plus d’élèves en pleurs. Seul un élève avait refusé de s’asseoir.

– Une fois tout le monde (ou presque) installé, je commence à chanter un chant de présentation: « ohé du bâteau, qui donc est sur ce beau navire, ohé du bateau qu’avez vous donc à me dire? ». Je me présente aussi par ce biais: « je suis maîtresse E, je suis la maîtresse de votre classe, c’est moi qui vais vous aider à apprendre de nombreuses et chouettes choses!!! » puis je recommence à chanter et l’asem se présente aussi. Au fur et à mesure, les élèves commencent à chanter et je leur demande de se présenter chacun à son tour. Ils donnent alors leur prénom et leur âge (et toute autre chose qu’ils souhaiteraient partager). Je reprends ce chant pendant toute la première période et, au fur et à mesure, tous les élèves se présentent et leurs présentations se complexifient (ils rajoutent des éléments qu’ils aiment, le nom de leurs animaux domestiques…).

– Après cela, il est temps de partir à la cantine pour ceux qui y mangent (quand les parents me demandent ce qui est le mieux pour la première semaine, je leur conseille, dans la mesure du possible, de garder leurs petits loups l’après-midi au départ). Ainsi, pour ceux qui mangent à la cantine, le nombre d’enfants est moindre et il est plus facile pour les personnes s’occupant de la cantine de prendre du temps pour s’adapter aux besoins de chacun.

– Il en est de même pour la sieste même si la majorité des élèves est soulagée de retrouver les doudous et sucettes. Ils sont aussi souvent épuisés et cette sieste, bien qu’elle soit parfois difficile pour le personnel enseignant et atsem, est importante et ne doit pas être « zappée ». Une fois la fin de la sieste, l’heure des papas et des mamans est proche et les enfants se sentent déjà un peu mieux.

– Pensez à leur rappeler fréquemment qu’à la fin de la journée, leurs parents viendront les chercher et que tout va bien se passer d’ici là. Assurez vous aussi que les parents leurs disent au revoir le matin avant de partir. Un enfant qui n’a pas reçu le « au revoir et à tout à l’heure » de ses parents est souvent inconsolable… De même, les adieux interminables n’aident pas. Alors les parents qui pleurent… Je ne remets pas en question la difficulté de laisser son enfant, parfois pour la première fois, à quelqu’un d’inconnu. Mais le fait de voir ses parents dans un tel état angoisse l’enfant terriblement. Quand je vois un parent au bord des larmes, je le rassure aussi et lui demande de laisser couler ses larmes uniquement une fois sorti de la classe. Cette année, je pense envoyer un petit message à l’attention de mes nouveaux parents d’élèves pour leur expliquer cela et permettre à tout le monde d’être rassuré pour cette rentrée.

– Dites vous que ce premier jour n’est qu’une journée… Au bout de quelques semaines, les choses iront très bien, vos élèves prendront part à vos rituels, auront trouvé leur place en classe et dans l’école, auront des copains qu’ils apprécieront retrouver, donneront du sens à ce qu’ils font en classe,… Pour ma part, je dois bien avouer que je n’aime pas cette journée. Les voir pleurer me brise le cœur mais je sais que ce n’est qu’une passade. Ça m’aide à relativiser.